Services publics

Le gouvernement est déterminé à priver les travailleurs de tout recours contre les attaques du patronat : après avoir facilité les licenciements collectifs et légalisé le chantage à l’emploi avec l’ANI, il s’en prend maintenant à l’inspection du travail.
L’écœurement monte dans les 17 % de communes qui appliquent la réforme des rythmes scolaires. La mobilisation se développe elle aussi, malgré les freins déployés par les amis du PS.
Le 16 octobre, le projet de réforme ferroviaire va être présenté au Conseil des ministres, pour un examen au Parlement au premier semestre 2014 et une application au 1er janvier 2015.
Un décret modifiant le Code de l’Éducation ferme l’accès des étrangers non européens aux concours de l’enseignement privé sous contrat.
La réforme des rythmes scolaires décrétée par le gouvernement Hollande-Peillon et mise en place dans 20 % des communes à la rentrée 2013/2014 fait couler beaucoup d’encre. Et nourrit beaucoup de colères.
Ce jeudi 19 septembre, il n’y avait pas cours au lycée, les élèves le savaient.
Les réformes de l’éducation, de la maternelle à l’université, se succèdent.
Parmi les promesses de changement formulées durant la campagne présidentielle de Hollande, l’éducation était présentée comme une priorité. Si changements il y a eu, ils se distinguent surtout par une continuité et un renforcement des réformes du précédent gouvernement.
De même que l’école primaire de masse qui émerge à la fin du 19e siècle, l’avènement d’un enseignement professionnel visant à former – hors des entreprises – les futurs travailleurs, est un phénomène profondément contradictoire.
 

Pages

S'abonner à Services publics