« Vent de Bure »  contre les déchets nucléaires : cap sur Nancy

Depuis 25 ans, l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) souhaite enfouir les déchets radioactifs les plus dangereux dans le sous-sol de Bure, dans la Meuse, au sein de l’installation Cigéo. Alors que les travaux vont s’accélérer, c’est maintenant ou jamais qu’il faut faire barrage à ce projet.

Après deux ans d’inaction, ­l’offensive de l’Andra pourrait reprendre. Des travaux dits « préparatoires », car ils doivent être réalisés avant la construction du centre, débuteront sur le territoire sans doute dès l’automne 2019.

Contre la poubelle nucléaire

Il s’agit de travaux de grande ampleur pour permettre l’adduction en eau, l’alimentation en énergie de Cigéo, ou encore la réalisation d’importants travaux ferroviaires et routiers. Une fois ces travaux très coûteux réalisés, la construction de Cigéo apparaîtrait alors comme inévitable. La construction du centre pourrait ensuite être autorisée par un simple décret du gouvernement. 

La bataille contre la poubelle nucléaire ne se gagnera pas en entravant son cheminement administratif mais en remportant le rapport de forces. 

Se mobiliser contre Cigéo, c’est dire non à la fuite en avant que constitue la poursuite de la production de déchets radioactifs ingérables. 

Se mobiliser contre Cigéo, c’est dire non à la criminalisation des personnes qui s’opposent à la destruction des territoires au nom d’un projet absurde. 

Se mobiliser contre Cigéo, c’est mettre en échec la filière nucléaire qui a besoin d’un exutoire à ses déchets pour pouvoir se relancer.

Le NPA appelle à converger à Nancy le week-end des 28 et 29 septembre pour la mobilisation « Vent de Bure » contre le projet Cigeo ! Des bus sont organisés au départ de Paris, Nantes, Toulouse, Montpellier, Dijon, Tours, Mulhouse…

Correspondante

Infos : ventdebure.com

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.