Deuxième semaine de grève totale chez General Motors

Publié le 23 septembre 2019 par NPA Auto Critique. Les dernières informations reçues en date du lundi 23 septembre 2019. Pour l’industrie automobile, c’est d’ores et déjà, depuis les années 1970, la plus longue grève au plan de tout le territoire des États-Unis. La production est arrêtée dans les 55 usines et centres de pièces de rechange du groupe.

Des négociations se poursuivent entre la direction du syndicat l’UAW et l’état major de GM. Elles ont un caractère secret loin de la base des milliers de grévistes. Mais selon les quelques informations rendues publiques, la direction de GM ne veut rien céder, ni sur les fermetures d’usines, ni sur les salaires à niveaux, ni sur travailleurs temporaires.

La direction de GM persévère dans l’agression contre les grévistes. Elle a suspendu dès le deuxième jour de grève la couverture maladie des salariés sous contrat car même après l’Obamacare il n’y a pas de sécurité sociale aux États-Unis mais des assurances santé privées entreprise par entreprise. Elle s'en est prise à un piquet de grève devant l'usine de Flint.

Des piquets de grève disposés devant l’entrée de toutes les usines, des témoignages de soutien se multipliant autour des usines aussi bien par les klaxons des voitures qui passent aux alentours que par les boissons et vivres apportés aux piquets de grève, actions de solidarités menées par des syndicats d’autres branches, l'engagement des camionneurs à ne pas assurer le transport des pièces : il s’agit d’un mouvement social d’ampleur avec un soutien qui s’élargit. Des réseaux militants, comme celui de labour notes, fournissent lieux et adresses de tous les piquets de grève (voir lien ci dessous) pour que d’autres instances syndicales et militantes s’y rendent.

Dimanche, des rassemblements de soutien ont été organisés à travers tout le pays, de nombreux à initiative de l’UAW. Signe que le mouvement est populaire et qu’il est « utile » de le soutenir, plusieurs des candidats à la primaire du parti démocrate ont participé à ces rassemblements.

Plus la grève se prolonge, plus les travailleurs trouvent de motifs de rester fermes sur leurs revendications.

L’UAW est une machine dont, c’est un fait avéré, la direction est particulièrement corrompue, plusieurs de ses dirigeants étant sous le coup de poursuites pénales pour enrichissement personnel. Ce que la direction de GM ne manque pas de rappeler. Mais c’est une arme à double tranchant Comme le note Dianne Feeley, animatrice de la « caravane des travailleurs de l’automobile », dans un article publié par Solidarity la direction de GM aura bien besoin des représentants de l’UAW pour « vendre » auprès des salarié(e)s le nouvel accord qui finira probablement par être signé car une consultation de l’ensemble des travailleurs sous contrat est nécessaire.

En 2015 les travailleurs de Chrysler avaient, dans le collège des travailleurs les plus qualifiés, refusé un premier accord négocié par l’UAW. Un refus par la base d’accords n’intégrant pas les principales revendications des travailleurs : voilà ce que cette grève missive signifie et prépare.

Quel encouragement pour les travailleurs du monde entier si ceux et celles de GM gagnaient  !

Solidarité internationale

Le réseau international de solidarité et de lutte réunit de nombreuses  structures syndicales dans le monde. En France SUD en est partie prenante. Ce réseau a publié l'appel suivant en soutien à la grève chez General Motors.

Nous, toutes les organisations du réseau international du travail de solidarité et de lutte, exprimons notre soutien et notre solidarité aux travailleurs / euses de GM en grève aux États-Unis pour des salaires équitables, une assurance maladie abordable, la participation aux bénéfices, la sécurité de l'emploi et d'autres revendications importantes.
La restructuration imposée par l'entreprise a causé d'énormes pertes aux travailleurs. Des milliers de travailleurs se mobilisent sur les piquets et prennent leurs affaires en mains dans la conduite de cette grève. Nous exprimons notre plein soutien à cette grève et aux membres de L'UAW qui sont sur les piquets de grève et luttent en résistance dans la défense de nos droits.
En outre, à l'heure actuelle, dans certaines usines GM dans le monde entier, il y a des luttes contre les plans de restructuration tels qu’en Corée du Sud, au Mexique, en Colombie et au Brésil. La solidarité internationale pour toutes ces mobilisations dans le monde est importante.
Les exigences de nos homologues nord-américains de GM sont justes et nous voulons que les piquets de grève se renforcent. Nous ferons tout notre possible, en solidarité active avec ce mouvement, pour le rendre victorieux !

Solidarité internationale avec les travailleurs / euses de GM aux États-Unis !
Contre les plans de restructuration, les fermetures d'usines et les licenciements dans le monde entier !

Traduction NPA Auto Critique

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.