Répression en Catalogne Sud

L’intox, avant le verdict du maxiprocès anticatalan, monte d'un cran avec l’arrestation de 9 militants indépendantistes qui cherchent à faire peur ceux et celles qui s'apprêtent à se mobiliser contre l'arbitraire judiciaire en vue. Le but est aussi de criminaliser les Catalan.e.s dans le reste de l'Espagne pour obtenir que se constitue un bloc d'appui à l'Etat dans la perspective d'élections (10 novembre) dont il attend de trouver enfin la base électorale qui lui fait défaut pour sortir de son instabilité chronique. Rien de mieux que de faire passer les Catalans pour des fous furieux, prêts à basculer terroristes. Recette éprouvée du temps de l'ETA... Sauf qu'il n'y a pas d'ETA catalane.

La démocratie espagnole se vérifie être une nouvelle fois un modèle de manipulation des esprits pour faire accepter ses mesures liberticides et accentuer les dénis démocratiques qu'elle accumule. Avec le silence complice de l'UE !

Ce sont les CDR (Comités de défense de la République, gauche radicale indépendantiste) qui sont aujourd'hui pris en otage de ces opérations. La réaction est vive en Catalogne et de nombreux rassemblements sont annoncés partout dans le pays catalan. A voir dans le reste de l'Etat espagnol. Comme il faudra voir comment réagira la gauche type Podemos et Municipalistes, accrochés en vain aux basques d'un PSOE qui n'hésite pas à menacer d'instaurer le 155 en Catalogne. On n'oubliera pas, à ce propos, les récentes déclarations de Pablo Iglesias qui s'essaye à jouer, à grands risques politiques, sur la corde raide du "ménager le choux et la chèvre". Corde raide par où on finit par tomber, le plus souvent du mauvais côté !

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.