Notre-dame-des-landes Non à l’aéroport !

Formidable succès de la manifestation du samedi 24 mars contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (30 km au nord de Nantes). Dès 13 heures, les premiers tracteurs arrivent en face de la préfecture. Ils sont suivis par un convoi de plus de 200 autres tracteurs venus de toute la Loire-Atlantique et même d’Ille-et-Vilaine. Nous serons près de 10 000 personnes à manifester derrière les agriculteurs mobilisés, en particulier par la Confédération paysanne.

Le rassemblement a été organisé par le Collectif des opposants, qui regroupe la Coordination, les comités locaux et les occupants de la Zone à défendre (anciennement Zone d’aménagement différé, terres menacées par le projet). Il a été relayé par les collectifs de Bretagne, le collectif de la Sarthe était aussi représenté.
La marche jusqu’au centre de Nantes s’est conclue par trois prises de parole entamées par le Collectif des opposants. Françoise Verchère, conseillère générale, pour le Collectif des élus doutant de la pertinence de l’aéroport (1 000 élus ), a détaillé les incohérences du projet mises en valeur par l’étude effectuée en 2011 par un cabinet indépendant. Enfin, le représentant de l’Association des exploitants concernés par l’aéroport a rappelé la lutte menée pied à pied par les agriculteurs et les propriétaires qui refusent de vendre leurs terres à la multinationale Vinci, concessionnaire de l’aéroport.

Pendant les prises de parole se reconstituait, en plein cœur de Nantes, le bocage de Notre-Dame-des-Landes. Sur les tas de terre étaient plantés légumes et arbustes.

À noter que la manifestation s’est déroulée sous la surveillance d’un impressionnant dispositif policier : 1 500 CRS et gardes mobiles en tenue antiémeute, plusieurs dizaines de flics des BAC, flics en civil, canons à eau et hélicoptère en permanence. La préfecture et la mairie de Jean-Marc Ayrault (Parti socialiste, principal promoteur du projet) étaient sous un véritable état de siège.

Après le rassemblement de juillet 2011 (14 000 personnes), la Tracto-Velo jusqu’à Paris (novembre 2011), ce succès montre l’opposition croissante au projet. La coordination avait décidé de s’adresser à la population de l’agglomération nantaise en distribuant 100 000 tracts pour prouver que l’actuel aéroport international de Nantes n’était pas un aéroport dangereux (sa prétendue insécurité est un des arguments en faveur du transfert).

À Notre-Dame-des-Landes, la lutte continue !
Nous préparons déjà le rassemblement de l’été prochain. Il se déroulera du 7 au 11 juillet. Nous accueillerons le 2e Forum européen contre « les grands projets inutiles et imposés », forum thématique du Forum social mondial.

Commission écologie NPA Loire-Atlantique

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.