Une journée encore exceptionnelle à la SNCF, les cheminotEs travaillent à la grève générale

La journée a été très réussie à la SNCF : autant, voire plus de monde dans les AG que le 5 décembre malgré une légère baisse du taux de grévistes par rapport au 5.

À Austerlitz, 100 personnes ont voté la reconduction, 70 à Trappes, 300 à Tours, au moins 160 à Lille. À la Gare de l’Est comme dans d’autres gares, c’était la plus grosse AG depuis le début du mouvement. La grève est reconduite partout.

Au 13e jour de grève, les taux de grévistes sont bien plus élevés qu'en 1995. « Cette grève pour gagner le retrait en faisant une grève reconductible nous coûte cher mais pourrait nous empêcher de perdre en moyenne 800 euros par mois sur nos futures pensions. Cette grève est un investissement pour ne pas subir encore plus l'exploitation capitaliste ! » Au 13e jour de grève, les cheminotEs veulent toujours ancrer la grève à la Sncf.

Depuis le 5 décembre, une majorité de cheminotEs ont fait le choix de s'engager dans la grève pour la gagner... Avec des piquets de grèves, des assemblées générales pour s'organiser.. Les annonces du gouvernement ne répondent pas à l'urgence de la situation et sont unanimement rejetées par toutes les composantes de la mobilisation..

La détermination est impressionnante. Le sentiment non pas de porter la grève à la place de la population mais d’être portés par la population. Les visites d’enseignantEs, comme à Mantes et bien d’autres gares, la manif avec la santé à Tours ont contribué à encourager, à resserrer les liens avec différents secteurs

La mobilisation à la SNCF est à un niveau important, il revient maintenant aux cheminotEs de s’adresser aux autres secteurs du monde du travail pour un mouvement d’ensemble, seule condition pour gagner.

Pour cela, ils et elles participent aux manifestations interprofessionnelles, aux diffusions de tracts  autour des gares avec les usagerEs. Cette grève se construit aussi avec des équipes militantes et travailleurs et travailleuses dans l’interpro autour des dépôts de bus, des ports, des raffineries, des hôpitaux, des écoles, etc.. Les cheminotEs ne sont pas seulEs face à ce gouvernement..

Il est clair que les cheminotEs ne veulent pas de retraites à points sous leurs sapins de Noël et que la grève générale peut devenir une réalité !

Il y va y avoir un gros cap à passer vendredi où la boîte va mettre le paquet pour mettre en scène une amorce de reprise du travail à l’occasion des départs en vacances. Nous ne sous-estimons pas ce danger, mais les forces emmagasinées aujourd’hui permettrons de faire face !

CorrespondantEs

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.