Les « travaux » de Jupiter Macron, et comment y riposter

Hercule avait accompli douze travaux, Jupiter-Macron se contentera de trois d’ici la fin de son quinquennat. Il les a présentés lors d’une interview le 28 octobre sur RTL.

Outre la poursuite de sa croisade islamophobe au nom de la « laïcité », censée lui attirer le soutien de l’électorat populaire de Marine Le Pen, Jupiter entend s’attaquer à deux chantiers : répondre à la crise du système de santé, et mener à bien la réforme des retraites.

Un an après le début du mouvement des Gilets Jaunes, l’exécutif sent monter la colère sociale dans le pays, avec les mobilisations des urgences, des services hospitaliers et des EHPAD, des cheminots, des enseignants, des salariéEs du secteur privé qui luttent contre les fermetures d’usine et les plans de licenciements, des jeunes qui lui renvoient son inaction face à la crise écologique.

L’annonce d’une mobilisation interprofessionelle le 5 décembre, avec des préavis de grève reconductible dans plusieurs secteurs, provoquent une fébrilité de l’exécutif et contraignent le président des riches à tenter de déminer le terrain.

Un nouveau plan pour la santé ?

Il y a un an, Macron en personne lançait son plan « ma santé 2022 » censé répondre à la crise du système de santé. Il doit aujourd’hui faire face à une situation qui s’est encore dégradée, avec la grève des urgences et de nombreux services hospitaliers qui vont se mobiliser le 17 octobre, à la colère des gilets jaunes et des comités de défense des hôpitaux, qui refusent la disparition programmée des services de proximité. Il est contraint d’annoncer : « il va falloir qu’on remette des moyens ».

Mais comment le pourrait-il alors que demain, le Parlement va entériner la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020 qui impose une nouvelle ponction de près d’un milliard d’€ à l’hôpital public : Les quelques gestes qui seront faits pour les uns, se feront sur le dos des autres. Les fermetures de lits, de services, d’établissements de proximité continueront. 

Le même budget prévoit la création de 5000 postes en EHPAD, quand il en faudrait 200 000 pour atteindre la norme jugée indispensable de 1 salarié pour 1 résident ! A ce rythme 40 ans seront nécessaires pour y parvenir ! 

Quant au deuxième chantier Jupitérien, celui des retraites, Macron tente de déminer le terrain en assurant aux salariéEs d’aujourd’hui qu’ils ne seront pas concernéEs et que seuls les générations qui vont entrer sur le marché du travail les subiront. Une manière d’avouer à mi mots que cette contre-réforme sera un nouveau recul social. Comment là encore peut-il en être autrement, alors que cette réforme impose une « règle d’or » : maintenir fixe le niveau des dépenses de retraites, alors que le nombre de retraitéEs augmente ? 

Aussi, après avoir manié la carotte, Macron annonce-t-il le gros bâton pour celles et ceux qui ne croiront pas son numéro d’illusionniste. S’il veut bien "donner du temps à la transition" , il fera tout « éviter les blocages » et n’aura« aucune forme de faiblesse ou de complaisance » « quitte à se rendre impopulaire » (rassurons-le sur ce point, le travail est déjà fait).

Il situe ainsi clairement le niveau de l’affrontement qui se prépare et la nécessité de bloquer par la grève et les mobilisations pour le faire céder.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.