Fête anticapitaliste à Paris : un beau succès pour nos débats et nos luttes

Avec plus de 700 entrées et grâce à l’engagement de dizaines de militantEs de la région parisienne, l’initiative politique de rentrée du NPA en région parisienne samedi dernier a été un véritable succès.

Réunissant une centaine de personnes de plus par rapport à notre dernière initiative festive (en juin 2018 autour de l’anniversaire de Mai 68), ce succès illustre l’existence d’un milieu qui cherche, dans les débats et des discussions plus ou moins informelles, une politique pour enfin stopper l’offensive macroniste.
Commencé en début d’après-midi, le programme politique de cette fête a connu une bonne fréquentation. Échanges autour du mouvement des Gilets jaunes et de la répression policière avec la présentation par son auteur du nouveau livre du journaliste David Dufresne, débats autour du dernier livre de l’historienne Ludivine Bantigny sur le mot Révolution, discussion passionnée et férocement anti-Macron avec les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot...
Les trois débats organisés durant toute la fête – sur les mobilisations pour la justice climatique, contre l’autoritarisme et les violences policières, et la construction des luttes sur les lieux de travail – ont réuni entre 100 et plus de 150 participantEs.

Stopper les offensives
Le point fort de la journée a certainement été le court meeting de conclusion. Précédant l’intervention d’Olivier Besancenot, un dirigeant kurde du Conseil démocratique kurde en France (CDK-F) est revenu sur la criminelle intervention turque dans le nord de la Syrie, et l’inaction tout aussi criminelle des grandes puissances qui laissent un peuple et un projet politique, celui porté dans le Rojava, se faire massacrer.
Olivier a lui posé les contours de la politique du NPA pour ces prochaines semaines : critique radicale de l’offensive antisociale, raciste, anti-environnementale, du macronisme ; construction de la mobilisation (avec la journée de grève du 5 décembre) ; rassemblement des forces de la gauche sociale et politique pour riposter…
Tout cela s’est déroulé en présence d’une quinzaine d’organisations et de collectifs invités à tenir des tables et qui, pour certainEs, ont participé à nos débats, signe aussi d’un intérêt pour la parole du NPA : des organisations politiques (LO, Ensemble, l’UCL, le POI) et des associations et collectifs (CSP 75, Acrimed, UJFP, ANC France / Catalogne, Collectif Mario Pedrosa / Brésil, Georges ­Abdallah, Plein le dos / Gilets jaunes / Collectif de défense des jeunes du Mantois…).
Impossible, enfin, de conclure sans parler des excellents couscous et sandwichs qui ont (bien) nourri tous les participantEs. Comme un goût d’y revenir vite…
Manu Bichindaritz

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.