Collèges : Reprendre la rue pour stopper ce gouvernement !

Ce jeudi 17 septembre, les enseignants vont encore une fois montrer leur opposition massive à la réforme du collège voulue par le gouvernement.

Les enseignants ont raison de rejeter cette réforme !

Prétextant les attaques nauséabondes de la droite et de l’extrême-droite, le gouvernement cherche à assimiler tous les enseignants qui se mobilisent contre la réforme à des réactionnaires. Rien n’est plus mensonger ! Si les enseignants se mobilisent contre cette réforme, c’est parce qu’ils refusent la casse du collège unique, instaurant encore plus d’inégalités, la baisse des horaires disciplinaires, la désorganisation des enseignements... Rien à voir avec les Pen et les Sarkozy qui militent en réalité pour renforcer encore l’autonomie des établissements et faire encore des autonomies sur les dos des élèves !

Le gouvernement attaque tous azimuts

La réforme du collège n’est que l’aboutissement d’une longue série d’attaques de ce gouvernement contre l’école : loi Peillon instaurant les « Projets Educatifs de Territoire », rythmes scolaires dans le premier degré, remise en cause du statut de 1950 dans le second degré... Même la réforme REP+, dont le gouvernement prétendait qu’elle améliorerait les conditions de travail des enseignants, les aggrave en réalité : dans les écoles, la mise en place de la prétendue « concertation » déréglemente complètement les services et alourdit considérablement le travail des enseignants. Enfin, dernièrement, le gouvernement a soumis aux organisations syndicales le projet « PPCR » (Protocole Parcours, Carrière, Rémunérations), qui, s’il venait à être adopté, signifierait que le point d’indice des fonctionnaires serait gelé jusqu’en 2017, et prépare une nouvelle étape de la territorialisation et de la casse des statuts, en lien avec la réforme territoriale.

Pour contrer ce gouvernement, il faudra s’y mettre tous ensemble

Depuis trois ans, ce gouvernement a montré ce qu’il était réellement : un gouvernement de combat au service des bourgeois et du MEDEF. Toutes ses réformes ont visé à faire des économies, à flexibiliser les emplois, à faciliter les licenciements pour les patrons... En publiant les décrets d’application de la réforme du collège le 20 mai dernier, au lendemain de la grève des enseignants, la ministre a affiché sa détermination. A la rentrée, elle a répété que la réforme s’appliquerait, annonçant même que les enseignants auraient l’obligation de suivre des formations pour sa mise en oeuvre. Elle a décidé de mener un véritable bras de fer avec la profession.

Ce 17 septembre, la grève sera sans doute majoritaire dans les collèges. Mais elle ne suffira peut-être pas à contraindre la ministre à reculer. Malheureusement, l’intersyndicale qui appelle à la grève pour la troisième fois n’a pas appelé l’ensemble des personnels de l’éducation, de la maternelle à l’université, à se joindre à la grève. Seuls FO, SUD et la CGT ont appelé timidement à la grève chez les professeurs des écoles. Tous ensembles, nous serions pourtant plus forts. Ce 17 septembre, les hospitaliser de l’AP-HP seront aussi en grève contre le plan Hirsch visant à remettre en cause les 35 heures. Le 8 octobre, les organisations syndicales appellent à une journée de mobilisation interprofessionnelle : ce sera sans doute l’occasion de nous retrouver, tous ensemble, pour être plus forts. Pour discuter de tout cela, cherchons à organiser le maximum d’Assemblée Générales, dans les établissements, sur les villes, pour mettre à l’ordre du jour la bataille contre ce gouvernement ! 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.