Secteur jeunes du NPA : des manifestations trois jours par semaine (au minimum)

Le Secrétariat national jeune des 13-14 avril a permis d’échanger sur la situation politique tout en faisant une pause le samedi après-midi et en finissant tôt le dimanche...

Pas le temps de s’ennuyer pour les révolutionnaires avec le soulèvement en ­Algérie et les manifestations de solidarité tous les dimanches en France, la mobilisation des Gilets jaunes envahissant les rues tous les samedis, les protestations mondiales pour le climat occupant les vendredis, et on serait presque prêt à ajouter un nouveau jour pour les grèves d’enseignantEs.

Rouges, jaunes, et verts

La résolution adoptée affirme, par rapport au mouvement des Gilets jaunes, qu’« en tant que jeunes militants révolutionnaires, nous nous inscrivons pleinement dans ce mouvement et ses échéances. Nous y intervenons pour défendre nos idées et nos perspectives afin qu’il aille le plus loin possible, ce qui passe notamment par sa coordination et le renforcement de son caractère de classe. » Après l’Assemblée des assemblées de Saint-Nazaire, il semblait important de débattre des prochaines échéances les 20 et 27 avril avec montées sur Paris, ainsi que du 1er Mai. De nombreux camarades ont mis en avant le fait que le mouvement des Gilets jaunes, en lien avec d’autres mobilisations, est une épine dans le pied du pouvoir, malgré la répression inédite dont sont victimes les protestataires, et les politiques de dispersion, notamment de la part des directions syndicales. 

Les manifestations lycéennes du vendredi, avec à nouveau des milliers de lycéenEs dans la rue le 12 avril, ont rappelé que les mobilisations pour le climat continuent tandis que « les organisateurs officiels issus d’associations environnementales » ayant leur propre agenda « imposent un rythme qui n’a rien à voir avec "l’urgence" écologique avec une prochaine date […] le 24 mai – deux jours avant les européennes ». Il est utile de se saisir de toutes les opportunités pour dénoncer l’irresponsabilité environnementale des entreprises et des gouvernements, notamment dans les manifestations du vendredi 19 avril et dans celle du 4 mai contre les puissances impérialistes réunies à Metz pour le G7. Toutes les initiatives sont bonnes à prendre et « nous défendons auprès des jeunes, si l’occasion se présente à la faveur d’un regain de la mobilisation, le fait de s’organiser à la base et de se coordonner pour décider eux-mêmes des suites de leur mouvement. »

Européennes : défendre nos idées, voter LO et construire le NPA

La résolution majoritaire l’indique : « Le NPA jeunes participera pleinement à la campagne de construction du NPA qui se déroulera pendant [la campagne des européennes] malgré l’absence de liste : c’est une opportunité pour défendre nos idées auprès d’une large frange de la jeunesse et de recruter une nouvelle génération de révolutionnaires. Nous appelons donc les comités jeunes à organiser partout des réunions publiques, à toutes les échelles, avec ou sans porte-parole et à participer activement à cette campagne en rendant le NPA jeunes visible à toutes les réunions publiques et tous les meetings organisés par le parti. » 

Une motion adoptée à l’unanimité complète ces orientations en pointant la nécessité d’une « campagne active pour défendre l’intégralité de nos idées » et d’appeler à « voter Lutte ouvrière car c’est la seule candidature révolutionnaire et internationaliste. » Alors que du Soudan à l’Algérie, des travailleurEs se soulèvent, les perspectives révolutionnaires sont bien celles à mettre en avant. 

Selma Timis

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.