Politique

Avec entre 800 000 (selon la police) et 1,5 million de manifestantEs (selon la CGT), cette première journée de grève contre la réforme de retraites a été particulièrement suivie.

La première journée de grève appelée contre la réforme de retraites est en train de se terminer.
Entretien. Annick Coupé était, en 1995, responsable de la Fédération Sud PTT et animatrice du Groupe des 10 (devenu l’Union syndicale Solidaires). Elle est aujourd’hui essentiellement engagée dans ATTAC.
Depuis des décennies, nous sommes confrontés à la destruction progressive de nos droits sociaux, acquis par les luttes. Le projet de contre-réforme des retraites Macron-Delevoye s’inscrit dans cette même logique.
Comme chaque fin d’année, le NPA lance un appel à souscription…D’où vient l’argent ?
« Ils nous demandent de faire toujours plus avec toujours moins de moyens. Et en plus, ils voudraient qu’on travaille encore plus longtemps ? » Dans les centres d’ingénierie comme dans les usines, la parole se libère à l’approche du 5 décembre.
En 10 ans c’est la première fois que des collègues viennent me voir pour me poser cette question. Il faut dire qu’en général soit cette activité est réservée à un petit nombre d’initiés qui en ont l’habitude, soit il s’agit d’un débrayage collectif à la production.
Depuis plusieurs semaines déjà, CGT 13 et Solidaires appelent au 5 décembre et à ses suites. Le meeting intersyndical du 14 novembre (CGT, FSU, Solidaires, UNEF, FSE, Gilets jaunes) avait donné un ton unitaire à cet appel.
C’est dans un contexte de baisse de production, de licenciements d’intérimaires et d’inquiétude que s’est préparé le 5 décembre.
La réforme des retraites a pour objectif de diminuer considérablement les pensions des fonctionnaires, et en particulier de l’ensemble des personnels de l’éducation nationale.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Politique