commerce

La grande distribution n’en finit pas de dévorer ses salariéEs, à tel point que la CGT a comparé la situation à celle qui a touché la sidérurgie au siècle dernier. Ainsi, à Carrefour, c’est une rupture conventionnelle collective géante qui va être mise en œuvre.

Lundi 26 janvier, date de l’examen du projet Macron à l’Assemblée nationale, le CLIC-P sera de nouveau dans la rue.
Après le nouveau succès de la grève du 16 décembre dernier à l’appel du CLIC-P et de plusieurs fédérations du commerce (voir l’Anticapitaliste n° 269), l’approche du débat parlementaire sur la loi Macron doit permettre à la mobilisation de franchir une nouvelle étape.
Après le succès de la mobilisation du 14 novembre dernier contre le travail du dimanche et de nuit (voir l’Anticapitaliste n° 265), les salariéEs du commerce étaient à nouveau en grève le 16 décembre pour exiger le retrait de la loi Macron.
Entretien. Plus d’un mois de grève dans un palace parisien, à deux pas de la place de l’Étoile, ce n’est pas ordinaire. Et le succès des grévistes.
« Travail du dimanche, c’est non, non, non ; travail de nuit, c’est non aussi ! », « Volontariat, majoration, c’est du bidon », « Macron-patrons, même combat » : voici quelques slogans qui ont rythmé la manifestation des salariéEs du commerce parisien le 14 novembre dernier.
Le 21 octobre a eu lieu une nouvelle manifestation de soutien aux grévistes du Royal Monceau, propriété de Katara Hospitality, un fonds d’investissement qatari (voir l’Anticapitaliste n°260).
Sorti le mercredi 10 septembreUn film documentaire, un film militant. Il s’agit du suivi de la grève que les femmes de ménage ont mené en 2012 dans deux hôtels de Suresnes, Première Classe et Campanile.
C’est en se faufilant entre Jaguar, Mercédès et autres voitures de très haut de gamme qu’Olivier Besancenot s’est rendu avenue Hoche, soutenir les salariéEs de l’hôtel Royal Monceau en grève depuis deux semaines.
Le 24 septembre dernier, la Cour de cassation a confirmé l’interdiction faite au magasin Sephora des Champs-Élysées de faire travailler des salariéEs après 21 h.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à commerce