Antiracisme

Dans la foulée de la marche historique du 2 juin à Paris, ce sont plusieurs milliers de personnes qui se sont rassemblées à Toulouse à l’appel du Comité Vérité et Justice 31, relayé par de nombreuses organisations.

C’est entendu, le préfet de police Didier Lallement n’est pas de notre camp. Il a tenu à le préciser dimanche place d’Italie, au lendemain d’une énième journée de violences policières contre les Gilets jaunes. Pas de notre camp ?
En s’attaquant aux militantEs humanitaires ou du mouvement social les plus en vue, mais également en interpellant des simples citoyenEs qui ont la malchance de se trouver au mauvais  lieu au mauvais moment, le pouvoir entend briser toute forme de résistance.
La marche contre l’islamophobie du 10 novembre, appelée dans une tribune publiée 10 jours plus tôt, a été indéniablement un succès.
Le 6 novembre, par la voix de son Premier ministre, le gouvernement a annoncé un nouveau train de mesures anti-immigréEs : les médias ont surtout retenu la réactivation d’une politique de quotas pour l’immigration économique, politique d’« immigration choisie et non subie » élaborée et impuls
Depuis quelques jours, l’annonce du décès de Catherine provoque incrédulité et tristesse chez les militantEs qui la connaissaient. Bien sûr nous avions constaté sa grande fatigue, et nous savions qu’elle luttait contre la maladie. Mais comment pouvions nous admettre qu’elle nous quitte un jour ?
Une tribune publiée sur liberation.fr le 1er novembre, de laquelle le NPA est partie prenante.
Après un nouveau débat parlementaire sur les soi-disant abus que feraient les étrangerEs des maigres droits que la France « généreuse » leur accorde et après une violente campagne d’Etat islamophobe, avec appel à la délation contre les musulmanEs (ou prétenduEs telEs), Macron utilise sa visite à
Samedi 19 octobre, plusieurs militantEs du Comité de soutien aux sans-papiers 66 accompagnéEs de demandeurEs d’asile laisséEs à la rue par l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) ont investi un local abandonné depuis plusieurs mois et appartenant à la Croix-Rouge.
Plus de quatre mois de grève des travailleurs sans-papiers de l’agence Chronopost d’Alfortville, et ces derniers se voient toujours opposer un refus à leur revendication de travailler dans les mêmes conditions — et avec les mêmes droits — que leurs collègues.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Antiracisme