Antiracisme

Quand un bailleur « social » fait la chasse aux migrantEs et à leurs soutiens.

Alors que la loi scélérate « asile-immigration » a été votée par l’Assemblée en première lecture et que son adoption définitive ne dépend plus que de sa ratification par le Sénat au début du mois prochain, toutes les opportunités doivent être saisies pour faire monter la mobilisation et mettr
Au lendemain du vote par l’Assemblée de la loi asile-immigration, les collectifs de sans-papiers se sont réunis pour appeler à une manifestation le 2 juin avant le passage de la loi au Sénat.
Publiée par Médiapart.
Alors que le projet de loi asile-immigration est une nouvelle déclaration de guerre aux étrangerEs, des sans-papiers ont décidé qu’ils ne seraient pas les victimes expiatoires de la politique du pouvoir.
Le dimanche 22 avril a été publié dans les colonnes du Parisien un « manifeste contre le nouvel antisémitisme » rédigé par Philippe Val et réunissant plus de 250 signataires.
Sans suspens, et en l’absence d’une mobilisation digne de ce nom, la loi asile-immigration a été votée dimanche soir en première lecture par 228 votes pour, 139 contre et 2 abstentions.
Après la journée nationale du 7 avril, il y a eu multiplication de rassemblements les 14, 15 et 16 avril, alors que la loi asile-immigration passe à l’Assemblée nationale.
La bonne nouvelle des manifestations qui ont eu lieu dans plusieurs villes le 7 avril contre le projet de loi asile-immigration c’est la mobilisation des migrantEs. La mauvaise c’est leur marginalisation par le mouvement global.
Les lois sur l’immigration se succèdent en France à un rythme soutenu, ôtant à chaque fois un peu plus de droits aux personnes qui cherchent asile en France. Il faut faire du chiffre, montrer qu’on est ferme, qu’on reconduit à la frontière.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Antiracisme