Vincent Peillon a récemment annoncé deux mesures pour l'éducation prioritaire : des heures de cours en moins pour les enseignantEs, et l'augmentation de l'indemnité mensuelle. Le dirigeants du SNES et du SNUipp, majoritaires dans l'enseignement, ont crié victoire au lieu de dénoncer les...

Education

Malgré les apparences, l’actualité de la mobilisation dans l’éducation nationale n’a pas fondu sous les effets de la canicule. C’est pourtant ce qu’aimerait le ministère, qui polarise toutes ses interventions sur la lutte contre la canicule, sans crainte du ridicule.

De réformes en réformes, de plan d’économie en restrictions budgétaires, l’enseignement supérieur et la recherche en France s’installent toujours un peu plus dans la précarité systémique des personnels et le manque de moyens.
Le 17 juin au matin, début des épreuves du bac, le ministre Blanquer oscillait entre les menaces voilées en dénonçant « une grève pas très acceptable » et le mode « même pas mal »  en prétendant que malgré la grève, « les épreuves vont se passer normalement ». 
Rien n’y fait.
Les appels à la grève des examens sont le résultat d’une année de mobilisations ininterrompues dans l’ensemble de l’éducation mais décalées et désynchronisées entre les différents secteurs du 1er et second degré, collèges et lycées généraux et technologiques ou professio
Nous devons prendre au sérieux la déclaration de Jean-Michel Blanquer au Parisien (23 février 2019) : « Nous voulons redonner une cohérence globale [à l’éducation nationale].
L’AG éducation toulousaine de vendredi 24 mai a réuni 110 grévistes qui ont voté la reconduction de la grève dans le but de construire une journée massive de grève le 6 juin.
En octobre 2017, la Ville de Marseille avait décidé de mettre en place un Partenariat Public-Privé (PPP) dans le cadre du chantier de rénovation de 34 des 350 groupes scolaires de la ville, pour un montant de 40 millions € par an pendant 25 ans… au profit de qui ? du privé !
Les AESH (AccompagnantEs d'élèves en situation de handicap (ex-AVS)) sont en lutte. Notre rôle au sein de l’Éducation nationale est d'aider des élèves handicapés à suivre dans les meilleures conditions possibles leurs études.
Le ministre empile depuis 18 mois les réformes qui détruisent méthodiquement les principes d’une école égalitaire. En effet, le bac, qui devient local, n’aura plus la même valeur suivant les lycées, et ne garantira plus l’accès à l’université qui devient sélective.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Education