Vincent Peillon a récemment annoncé deux mesures pour l'éducation prioritaire : des heures de cours en moins pour les enseignantEs, et l'augmentation de l'indemnité mensuelle. Le dirigeants du SNES et du SNUipp, majoritaires dans l'enseignement, ont crié victoire au lieu de dénoncer les...

Education

Après la pause forcée, au moins en ce qui concerne la grève, pendant les deux semaines de vacances, la reprise du mouvement dans l’Éducation nationale était un pari difficile. Avec un gros enjeu : secteur clé, il était scruté par tout le monde.

Mardi 7 janvier, le syndicat Sud-Éducation révélait des échanges mails, datés de 2018, démontrant sans ambiguïté qu’une « liste noire » des personnels grévistes avait été établie au sein de l’université Jean-Jaurès (Mirail) à Toulouse. 
Depuis le 5 décembre, étudiant.e.s, personnels administratifs, enseignant.e.s, chercheuses et chercheurs sont en grève et dans la rue contre le projet de contre-réforme des retraites.
La politique du gouvernement constitue un grand coup contre le service public d’éducation, les statuts des personnels et les élèves des classes populaires. La réforme des retraites amputerait les pensions de 200 à 1 100 euros mensuels.
Motion – Lycée Maurice Ravel (Paris)L’Assemblée générale des personnels de Ravel réunie le jeudi 14 novembre 2019 met en place un comité d’organisation et de préparation de la grève du 5 décembre composé de 11 membres avec le mandat suivant :
Plus d’un mois après le suicide de Christine Renon, qui a été un choc pour l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale, le ministère recevait mercredi 6 novembre les syndicats dans le cadre d’un comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) consacré à la question d
Interview de Véronique Decker, militante pédagogique (ICEM Pédagogie Freinet) et syndicale (SUD éducation), directrice d’école retraitée en 2019, auteure de trois ouvrages de réflexion humaine et militante sur l’école publique, l’enfance et la société : « Trop classe », « l’école du p
Le mouvement social qui vient peut être à la hauteur de ce que nous fait subir un libéralisme autoritaire, inégalitaire, arrogant, islamophobe, et qui réprime dur, isole, multiplie la souffrance sociale pour toutes et tous. Tous ces adjectifs peuvent se résumer en plusieurs noms, bien sûr.
Il avait 15 ans. Il est mort vendredi 4 octobre, en marge d’un cours d’EPS, aux Lilas.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Education