À la tête d’une coalition militaire sunnite, le nouveau roi d’Arabie saoudite, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, s’est lancé dans une opération militaire à haut risque au Yémen...Àl’heure où les USA et l’Iran semblent parvenir à un accord sur le nucléaire, il veut ainsi réaffirmer le rôle clef de son...

International

Josu Urrutikoetxea a été arrêté le 16 mai alors qu’il se rendait dans un hôpital public de Haute-Savoie. Il est depuis enfermé à la Santé, sans visite ni courrier.

Le gouvernement iranien ne reconnaît pas les syndicats créés par les salariéEs. Il les réprime régulièrement, ainsi que les grèves qu’ils organisent. Il en va de même pour leurs manifestations, notamment à l’occasion de la célébration du 1er Mai.
Depuis le 19 mars, l’Iran subit des inondations sans précédent. Ce jour-là, la province du Golestân, située au nord-est du pays s’est trouvée rapidement inondée à la suite des pluies intenses en faisant une quinzaine de morts.
Avant l’officialisation bien tardive du programme de LREM pour les élections européennes, Macron n’y est pas allé de main morte, avec une adresse, le 4 mars 2019, aux 28 pays dans une palanquée de quotidiens européens pour se poser en sauveur d’une UE en crise. 
L’Alabama, un des états les plus conservateurs, a voté mercredi 15 mai une loi qui interdit quasi totalement l’avortement, même dans des cas de viol ou d'inceste, et qui prévoit des peines allant jusqu'à l'emprisonnement à vie pour les médecins qui pratiqueraient l’IVG.
Après avoir suspendu leur grève le 26 avril, les enseignantEs contractuels du Maroc maintiennent leur revendication : la titularisation au statut général de la fonction publique. Ces contractuelEs étaient en grève depuis le 4 mars.
Retour sur la bataille juridique en cours pour l’avortement aux États-Unis.
Entretien avec Gilbert Achcar conduit par Ashley Smith. (Entretien publié le 18 mai 2019 sur le site Jacobin ; traduction A l’Encontr
Depuis quelques semaines, la mobilisation est entrée dans une nouvelle phase, où le pouvoir augmente considérablement la répression, mais où en même temps le mouvement se politise en faisant face à cette répression et à l’enjeu de refuser la présidentielle du 4 juillet. 
Un projet de loi est déposé, autorisant l’extradition vers le continent de toute personne se trouvant à Hong Kong, sur demande des autorités chinoises. Son adoption signifierait que la population locale vivrait dorénavant sous la menace permanente d’une répression arbitraire.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à International