Reportage à la ferme de Sylvie et Benoît Colas à LectoureCe mardi 10 janvier, la Confédération paysanne du Gers organisait une réunion pour défendre les éleveurs victimes de l’épizootie de grippe aviaire. Sylvie Colas (porte-parole départementale de la Conf’) nous a accueilli...

Écologie

Jeudi 7 novembre, le gouvernement annonçait l’abandon du projet Europacity. Une victoire pour touTEs les opposantEs à ce désastre social et écologique annoncé, mais la vigilance reste de mise.

Alors qu’à la mi-octobre 2019 était évoquée par le gouvernement et Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, la construction de six nouveaux réacteurs EPR en France, le rapport rendu par Jean-Martin Folz, l’ancien patron de PSA, pointe une gestion financière calamiteuse. 
Mercredi 30 octobre, Emmanuel Macron est venu faire un petit tour à Rouen... C'était sur le chemin de son long week-end dans un relais-château 5 étoiles à Honfleur !
Dès le lendemain de l’incendie du 26 septembre, la CGT proposait au collectif unitaire la mise en place d’une enquête indépendante pour recueillir des éléments d’informations auprès des travailleurs et de la population.
Un mois après l’incendie qui a ravagé une partie de l’usine classée Seveso et des entrepôts de Normandie Logistique, entreprise mitoyenne qui stockait des produits toxiques appartenant à Lubrizol, les informations qui continuent à sortir avivent colère et inquiétude au sein de la p
L’incendie de Lubrizol et des stockages voisins, l’attitude avant, pendant et depuis l’accident de la direction de l’entreprise et des autorités, montrent, s’il en était encore besoin, qu’on ne peut faire confiance ni aux capitalistes ni à l’État pour protéger notre santé et l’environnement.
La réponse à la crise écologique est politique. Elle nécessite une révolution économique, sociale, politique, culturelle. Aucun aménagement du capitalisme n’est possible.
La semaine mondiale pour le climat du 20 au 27 septembre a mobilisé plus de 7,5 millions de manifestantEs, à l’occasion de plus de 6 100 événements dans 185 pays. C’est la plus importante mobilisation coordonnée à l’échelle mondiale depuis celle contre la guerre en Irak en 2003.
La convention est la réponse de Macron aux mobilisations climatiques et sociales, mais aussi au mouvement des Gilets jaunes. Avec l’idée de créer de la division au moment où s’esquisse la rencontre des deux mouvements.
Le secrétaire général de l’ONU voulait faire de l’assemblée générale 2019 un moment historique, à l’égal de l’accord de Paris 2015 lors de la COP21.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Écologie