Avignon :  A contre-culture 

La commission « Culture » du NPA Vaucluse a organisé, mardi 14 juillet, un débat sur le thème «culture et engagement politique», au cœur du festival d’Avignon, vitrine de ce que le monde culturel peut produire aujourd’hui. 

Force est de constater qu’en comparaison de la foule qui se presse dans les rues pendant le festival d’Avignon, la proportion de ceux qui se sentent concernés par le sujet « Culture et engagement politique », thème de la réunion organisée par le NPA d’Avignon, mardi 14 juillet, est faible. Ce fut d’autant plus criant le lendemain, lorsque les camarades de SUD-Culture ont proposé, dans le même cadre, une rencontre avec des militants et des responsables syndicaux sur la question de la culture et de la précarité. Il n’y avait en effet pas plus d’une vingtaine de personnes présentes.

Le bilan du débat organisé  par le NPA pointe la situation des créateurs, qui ne s’est pas améliorée, voire largement détériorée. Si la mobilisation est nettement à la baisse face aux attaques que subissent les acteurs de la culture, les structures culturelles et l’éducation artistique, on peut noter une vigilance idéologique dans ces mêmes milieux.

Le système capitaliste place les acteurs culturels devant le problème de la marchandisation de la culture : «être ou ne pas être» dans le système! Au-delà de la facilité de la formule, il y a des réalités qui transforment des artistes en valets et qui font taire des créateurs potentiels. Le problème des moyens ne doit pourtant pas cacher celui de la création et de sa valeur émancipatrice. Là aussi, il y a une lutte à mener! Elle est moins visible, plus longue que celles qui traversent les entreprises, mais il est nécessaire de trouver des moyens d’action, d’expression, de création, qui permettront de casser les murs derrière lesquels la culture marchandisée nous contient.

L’un des témoignages a montré l’abîme qui existe entre le festival d’Avignon, emblème culturel,  bien à l’abri dans ses remparts, et l’absence quasi totale de culture «hors les murs». C’est là qu’il faut intervenir, hors les murs. Sortir des formes et des lieux culturels établis pour redonner vie à la création et la partager avec le plus grand nombre pourrait être la ligne de conduite du NPA. Ce débat, s’il devait rester en l’état, serait décevant. La commission l’a envisagé comme le fondement d’une réflexion, avec des acteurs non institutionnels, afin de tracer les contours de la culture que le NPA souhaite. Une culture qui accepte, rassemble, libère les hommes et les idées, une culture émancipatrice!

La commission « Culture » du NPA-Vaucluse souhaite que d’autres commissions identiques voient le jour au sein du NPA, afin de mettre les idées et les moyens en commun. Elle prépare d’ores et déjà – comme elle l’avait fait lors du show médiatique de l’ex-ministre de la Culture, Christine Albanel, en octobre 2008 – un contre-forum de la culture, en novembre prochain, en Avignon, où tous les membres du NPA intéressés seront les bienvenus. 

La commission « Culture » du NPA-Avignon

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.