Communiqué du NPA. Violences policières et répression contre les lycéens de Reims.

Alors que la contestation monte dans les lycées contre les politiques du Gouvernement en matière d'éducation, François Fillon, Valérie Pécresse et Luc Chatel se sont rendus jeudi 19 novembre au lycée Roosevelt de Reims.
Près de 200 lycéens s'étaient rassemblés avant l'arrivée de la délégation gouvernementale à 14 heures aux abords du lycée Roosevelt pour manifester leur mécontentement face aux suppressions de postes et à la réforme du lycée.
Pour disperser le rassemblement lycéen, les gendarmes moblies ont fait preuve d'une violence féroce à l'égard des manifestants. De nombreux lycéens ont été blessés et l’un d’entre eux a été conduit à l’hôpital. Douze lycéens ont également été interpellés sans aucun motif.

Ils ont été traduits en comparution immédiate. Quatre d’entre eux sont condamnés à trois mois de prison avec sursis pour participation ou organisation d'une manifestation illégale et violences volontaires contre gendarmes mobiles ayant entraîné une interruption temporaire de travail.

Avec un jugement aussi expéditif et sans preuve, il s'agit là d'une volonté d'étouffer toute contestation par la violence policière et une répressionpurement scandaleuse.

Le NPA dénonce les violences policières dont ont fait l'objet les lycéens mobilisés de Reims et soutient leurs revendications : abandon du projet de réforme du lycée, arrêt des suppressions de postes, refus de la répression et de l'encadrement policier.

Le NPA exige l’amnistie pour tous les jeunes poursuivis et condamnés.


Le 23 novembre 2009.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.