Communiqué du NPA. Violences policières contre une manifestation non-mixte, à Toulouse, samedi 6 mars.

Le NPA tient à exprimer sa colère et sa révolte devant les violences policières qu'ont eu à subir les femmes qui manifestaient samedi soir 6 mars à partir de la place Arnaud Bernard, à Toulouse, dans le cadre des manifestations et initiatives pour le 8 mars.
Cette manifestation de femmes organisée par de nombreuses associations et organisations avaient pour objet de dénoncer les violences faites au femmes, d'exiger pour les femmes le droit de s'approprier la rue sans être agressées ou stigmatisées.
C'est donc les forces de police, intervenant avec des chiens policiers et à coups de matraque, qui ont montré combien il est nécessaire, plus que jamais, de dénoncer les violences faites aux femmes. Des militantes féministes ont été rouées de coup au sol dont des camarades du NPA, certaines ont été blessées et ont dû se rendre aux urgences.
Ces « dérapages » policiers, de plus en plus nombreux sont inadmissibles. Le NPA, comme d'ailleurs les organisations et associations parti prenante de la manifestation, est en droit d'exiger du préfet une enquête rapide sur ces policiers qui ont cru bon de frapper des féministes qui manifestaient tout simplement pour leurs droits.
Le NPA participera à toutes les initiatives unitaires pour dénoncer ces événements très graves et continuera à lutter pour les droits des femmes.
Le 7 mars 2010

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.