Déclaration d'Olivier Besancenot : Valérie Pécresse doit retirer le décret sur les enseignants-chercheurs.

Après les lycéens, c'est au tour des enseignants-chercheurs, des universitaires et des étudiants de descendre dans la rue, aujourd'hui 10 février, pour demander le retrait du décret sur les enseignants-chercheurs concoctés par V. Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur.

Ce décret qui casse le statut national des enseignants chercheurs, soumis à l'arbitraire des présidents d'université, ne peut que déboucher sur une hausse des heures d'enseignement et une remise en cause de leurs travaux de recherche, une gestion des personnels comparable à celle en vigueur dans le privé.Ajouté à la loi LRU, à celle sur l'autonomie des universités, à la remise en cause du financement des IUT, à la mastérisation des IUFM et à la suppression de milliers et de milliers postes d'enseignants, c'est tout l'enseignement supérieur qui est déstabilisé.Sous la pression des mobilisations des lycéens, le gouvernement a dû retirer son projet de réforme du lycée. Aujourd'hui, le gouvernement est ébranlé par les manifestations du 5 février, les prises de position hostiles de plusieurs présidents d'université. Il doit, aujourd'hui, retirer le décret sur les enseignants chercheurs.J'apporte, ainsi que le Nouveau Parti Anticapitaliste, mon soutien total à cette mobilisation, dans le supérieur, pour le retrait du décret sur les enseignants chercheurs et des réformes mortifères du gouvernement Fillon dans le domaine de l'éducation.

Le 10 février 2009.

 

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.