UNEDIC : durée et montant des allocations menacés

Le 16 décembre, la sixième séance de négociations sur l’assurance chômage se tenait. Sans que le projet du Medef ne change radicalement.

En matière de « traitement » du chômage, le projet du Medef tourne autour de deux questions principales. Tout d’abord, celle de la baisse des cotisations. Seule la CGT s’est déclarée opposée à cette baisse, même conditionnelle.

Ensuite, la question de la filière unique, pour laquelle trois principes sont affirmés : la durée d’affiliation ouvrant droit à l’indemnisation serait de cinq mois ; la durée d’indemnisation serait égale à 90 % de la durée d’affiliation (contre 80 % dans le projet précédent), alors qu’aujourd’hui, pour certaines filières, elle est supérieure à la durée d’affiliation ; la durée maximale d’indemnisation serait de 22 mois (contre 23 aujourd’hui), sauf pour les plus de 50 ans.Le projet comporte également des dispositions particulières.

Pour les « seniors », après avoir affirmé que le maintien d’une durée d’indemnisation « trop longue » risquait de ne pas inciter les chômeurs de plus de 50 ans à chercher un « job », le Medef revient à la durée de 36 mois. Concernant les possibilités de cumul entre indemnisation et activité réduite, le Medef propose de les limiter encore : ce cumul ne serait possible que durant six mois (contre quinze actuellement) pour les moins de 50 ans et durant dix-huit mois (aucune limite actuellement) pour les plus de 50 ans.

On le voit, ces projets visent à exclure toujours plus de chômeurs de l’indemnisation (entre 180 000 et 300 000, selon les calculs d’AC !). Le représentant du Medef dans ces négociations parle d’une « ambiance constructive » et « apaisée », confiant en la possibilité d’aboutir à un accord.

Tâchons de démentir cette confiance. La manifestation réussie du 6 décembre et le rassemblement du 16 décembre (2 000 personnes, essentiellement des intermittents) sont des appels aux négociateurs à ne pas signer cette convention de régression.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.