Hôpitaux

Samedi 30 novembre, plus de 250 personnes ont participé à l’assemblée générale nationale du printemps de la psychiatrie au théâtre de Gennevilliers. 1

Il y a deux mois, à côté de Belfort, une femme de 62 ans est décédée d’un infarctus après avoir appelé à cinq reprises le 15. Les secours ne sont pas arrivés à temps. 
Les étudiantEs infirmierEs en stage à l’hôpital travaillent sur les mêmes postes que les soignantEs, c’est-à-dire 35 h par semaine, payés un peu plus de 2 euros de l’heure pour un travail qui est fréquemment celui d’unE professionnelE en poste.
À deux semaines du 5 décembre, le pouvoir a pris conscience du danger que représente la mobilisation hospitalière qui ne cesse de s’amplifier. Pour déminer le terrain, le Premier ministre a présenté, le 20 novembre, avec la ministre de la Santé, un plan se voulant  « fort et conséquent ».
Macron, Philippe, Buzyn disaient avoir « entendu » la colère du monde hospitalier. C’est pourtant l’image d’un gouvernement sourd et aveugle que donne le troisième plan de sauvetage de l’Hôpital en 6 mois. Pas plus que les précédents il n’apporte de réponse à la crise. 
Macron, Philippe et Buzyn disaient avoir « entendu » la colère du monde hospitalier. C’est pourtant l’image d’un gouvernement sourd et aveugle que donne le 3e plan de sauvetage de l’hôpital annoncé en 6 mois, dévoilé ce matin par le Premier ministre et la ministre de la Santé.
Des taux de grévistes énormes… des manifestantes de Paris et de Marseille annonçaient que 80 % des soignants de l’AP-HP et de l’AP-HM s’étaient déclarés en grèves toutes catégories confondues médecins, cadres de santé, infirmier-ères, aides-soignantes, paramédicaux...
Malgré huit mois de grève des services d'urgences, malgré la mobilisation montante de tout le monde hospitalier, le pouvoir exécutif refuse d’entendre et de voir la souffrance et à la colère des professionnelEs de l'hôpital soutenus par une immense majorité de la population soucieuse de préserver
Le mouvement de grève en cours a débuté à l’hôpital Saint-Antoine, dans le 12e arrondissement de Paris, le 18 mars, pour obtenir plus d’effectif, l’arrêt des fermetures de lits et l’augmentation des salaires de 300 euros par mois.
Austérité budgétaire, transformation de l’hôpital en entreprise, la mobilisation montante en défense de l’hôpital public situe bien les responsabilités.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Hôpitaux