Avec ce dernier tome, Alain Bihr arrive au terme de sa description du processus pluriséculaire de genèse du mode de production capitaliste, se subordonnant progressivement l’ensemble des rapports économiques et sociaux aux nécessités de sa reproduction. Dans la préface de son livre essentiel...
Manuel indocile de sciences sociales : pour des savoirs résistants, sous la direction de la Fondation Copernic, 1056 pages, 25 euros.«Faire comprendre par quelles violences, quelles coercitions ont été instituées et reproduites les légitimités et les positions célébrées ; faire comprendre qu’...
Du 30 janvier au 2 février 2020.La journée de lancement et de présentation de la compétition officielle du 47e festival de BD d’Angoulême s’est tenue au « Ground Control » à Paris. L’Anticapitaliste y était. Cette année, tous les ouvrages sélectionnés[fn]La liste complète sur www...
Scénario Pierre Christin, dessin Sébastien Verdier, Dargaud 2019, 159 pages, 19 eurosQui d’autre que l’auteur des cultissimes Phalanges de l’ordre noir[fn]Les Phalanges de l’ordre noir, avec Enki Bilal au dessin, Casterman, 96 pages, 20 euros. [/fn] pouvait s’attaquer à la biographie de George...
Traduit du catalan par Serge Mestre, édition Actes sud/Babel, 380 pages, 8,90 euros. Dans les milieux militants et plus largement, Lluis Llach est surtout connu pour ses musiques et poèmes, et particulièrement par son hymne antifranquiste et antifasciste, l’Estaca. Cette ode vibrante, que l’on...
Page 2/Syllepse, 1500 pages, 45 euros. Le 1er tome de l’ouvrage d’Alain Bihr sur le « premier âge du capitalisme (1415-1763) » portait sur l’expansion européenne commerciale et coloniale : en effet, pour l’auteur, cet expansionnisme est non pas le point d’arrivée de l’histoire...
Entretien avec le journaliste Daniel Mermet à l’occasion du trentième anniversaire de « Là-bas si j’y suis », émission culte de France Inter devenue site internet https ://la-bas.org. Lorsque tu démarres « Là-bas si j’y suis » il y a 30 ans, tu penses...
Éditions Métailié, 448 pages, 23 euros. Après l’Homme qui aimait les chiens ou Hérétiques, il est sûr que l’attente est grande quand on ouvre le nouvel ouvrage de Padura. Mais celui-ci ne cesse de nous étonner agréablement, les deux pieds toujours bien ancrés en terre cubaine tandis que sa...

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.