Quartiers populaires

Samedi 20 juillet, à l’initiative du comité Vérité et justice pour Adama, une nouvelle marche avait lieu à Beaumont-sur-Oise, réunissant plusieurs milliers de participantEs.

Les images avaient fait le tour du web, avant d’être diffusées dans les grands médias. Des dizaines de lycéens agenouillés, les mains sur la tête ou attachées dans le dos, et ce commentaire d’un policier : « Voilà une classe qui se tient sage ».
Le quartier Mistral est une petite enclave urbaine située à la périphérie de Grenoble, coincée entre l’autoroute A48 à l’ouest, la bretelle de sortie au sud et une avenue passagère à l’est, où vivent 3 000 habitantEs aujourd’hui.
En novembre 2003, l’adjoint au maire de Marseille délégué à l’urbanisme, Claude Valette, déclarait : « On a besoin de gens qui créent de la richesse. Il faut nous débarrasser de la moitié des habitants de la ville.
Quand la mairie de Marseille décide de détruire un lieu de vie des classes populaires.
Le 19 juillet 2016, la gendarmerie est à sa besogne habituelle de harcèlement routinier : énième contrôle d’identité, énième fuite. Mais cette fois, comme d’autres avant lui, Adama Traoré n’en sortira pas vivant.
À Saint-Denis comme dans bien des villes du 93, les effets de délitement et de désintégration sociale produits par l’entreprise de démolition du service public d’éducation se font sentir.
Mardi 3 juillet, vers 20h30, Abubakar, 22 ans, a été abattu froidement dans le quartier du Breil à Nantes lors d’un contrôle de police. Le policier a touché la gorge, tranchant la carotide ; le jeune est mort peu avant minuit suite à ses blessures.
Depuis plus de 48h, des jeunes du quartier du Mirail à Toulouse s’affrontent à la Police. Les raisons de la révolte avancées dans la presse seraient liées à l’interpellation d’une femme voilée et à la mort d’un détenu de la prison de Seysses.
Il y a deux ans, le Raid intervenait au 48 rue de la République à Saint-Denis contre le groupe de terroristes impliqué dans les attentats du 13 novembre 2015. L’immeuble s’est en partie effondré suite à l’assaut et aux explosions.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Quartiers populaires